Marsatac

Édition 2015

IMMERSIONS ÉLÉCTRONIQUES

Marsatac joue avec la houle. A l’heure des crises grises, des timidités tièdes, le festival assume ses élans de liberté. Marsatac 2015 sort de sa coquille. Il ne change pas d’ADN ; il mute perpétuellement. Toujours précurseur. Toujours ambitieux. L’inattendu en étendard.

Inspiré et piquant comme jamais, Marsatac 2015 fait souffler ses vents nerveux sur Marseille, les 25 et 26 septembre prochains. Avis de grand frais dans une Friche la Belle de Mai qu’il transfigure. Le festival y invente des déambulations dont il a le secret : entre grandes scènes incontournables et recoins moites ; platines en embuscade et club éphémère.

Inédite, resserrée autour des musiques électroniques, la programmation 2015 se construit comme une exploration en profondeur. A chaque soir, ses eaux.
Le vendredi 25, plongée en mer technoïde : Marsatac convoque les expérimentations d’AUDION, aussi bien que l’émotion TALE OF US et la prêtresse dark-chic-british PAULA TEMPLE. Le lendemain, samedi 26, l’esprit mutin-mutant d’une électro barrée, promet d’en entraîner plus d’un par le fond. En bon scaphandrier de l’extrême, Marsatac chope dans ses filets la motrice de la techno minimale BORIS BREJCHA, le crème de la transe INFECTED MUSHROOM, le tropicalisme technoïsant de CLAP ! CLAP !...

En quête, encore et toujours, du son qui rend vivant, Marsatac capture l’air du temps (à moins que ce ne soit l’inverse). Et aligne – sur la trentaine de groupes invités – des formations jamais vues sous les cieux marseillais : la rareté classieuse de JOY ORBISON, l’imaginaire ultrafestif et cintré complet de NINOS DU BRASIL, l’afro-techno palpitante de DÉBRUIT… Les grosses cylindrées qui en ont sous le capot ne manquent pas non-plus à l’appel : BRODINSKI, SUPERPOZE ou BOYS NOIZE, (re)viennent, en grands complices du festival, lâcher leurs chevaux au Marsatac.

Happé par les flux, nappé d’ondes, Marsatac 2015 fait des sensations sa matière première et de la légèreté son seul objectif. Pour une fête totale. Entre chant des sirènes et ivresse des abysses…


© La Konfiserie