×

Menu

Fonky Family

Vendredi 23 Juin
Parc Chanot - MARSEILLE
Grand Palais
 
Rap (France)

LA FONKY FAMILY SE REFORME SPÉCIALEMENT POUR MARSATAC.

Une affaire de famille, des histoires parallèles.
Flashback : Vendredi 26 février 1999, 18h45. Espace Julien. Marseille.
Le cours Julien est en ébullition, des centaines de fans de rap se ressent pour parvenir à franchir la porte de cette première soirée du tout premier Marsatac. Les plus beaux survets sont de sortie. Ça sent la weed, l’ambiance est électrique mais rigolarde. Ce n’est que l’instant d’avant. Le moment où personne ne sait encore que Marsatac est voué à devenir un grand festival. Un quart d’heure avant la grande déflagration dont l’onde de choc se démultipliera pendant 20 ans. La génèse.

Une nuit de février 99 sur le Cours Ju.
Béatrice, la grande prêtresse du festival, juchée sur un plot planté à l’extérieur de la salle, essaye de canaliser les flux. Elle salue les uns, rembarre les autres, hurle pour s’imposer face aux énergumènes descendus voir si, par bonheur, la porte ne serait pas restée entrouverte.
Au final, par miracle ou génie de l’organisation, tous ceux qui comptent dans le rap game de l’époque auront franchi le sas et plus de 1300 aficionados adoubés avec eux. Le trottoir est noir de monde et les voisins sur le qui-vive. Ça jouera à guichet fermé.
Gilles grand maître des ondes, la voix rauque de Skyrock dans la région, est sur le pied de guerre. Les gars se bousculent à son micro. Sya Style, le DJ des Spy4, attend son tour. Un peu intimidé, il appelle ses acolytes à la rescousse. Soprano, toujours impeccablement courtois vient narrer les exploits de son combo naissant. Regards froids. Ambiance old school.
Guy, le régisseur général de la salle, voudrait bien tout arrêter avant même que ça ne commence. Trop de monde sur scène, trop de monde dans les loges, trop de monde dans les salles, pas assez de monde à la logistique... la pression est à son comble. Ça tiendra, pas le choix.
Béatrice, la « porteuse du projet » comme ils disent, est là, entourée de « la famille » au sens marseillais et élargi du terme. Les copains venus donner un coup de main, les parents, les activistes de la scène hip hop, les médias locaux et nationaux venus relater le phénomène Marsatac en gestation... L’aventure est en train de se mettre en place, en direct live.

La tension, l’enthousiasme, le besoin absolu d’en découdre, tout est là. Mais pas tout à fait...

Et Vlan, v’la la FF !
Keny Arkana, vient de remporter de tremplin « Open Mic » animé par Faf Larage déjà parrain respecté de la scène marseillaise. Du haut de ses 14 ans, l’énergie de la miss, son flow et sa rage ont tout emporté sur leur passage. Les groupes s’enchainent et se mélangent sur la scène de l’Espace ; Phonk Neg’z, Troisième Œil, Psy 4 de la Rime, Carré Rouge, et tout à coup, boum ! La Fonky Family. Vlan, la déflagration ! Si Dieu Veut, leur premier album est dans les bacs depuis quelques mois. On ne parle que d’eux en ville et le concert est plus qu’attendu. Le chaudron est en fusion. La bande joue sur le velours des mots, le tranchant des reparties. Une implacable occupation de l’espace, une science du placement inée portent la pesanteur de leur rage initiale, le claquement imparable du beat, la dynamique magnifique d’un groupe authentique. La Fonky Family fait le show. Tout le monde reprend en coeur : « C’est pour nos familles / On sait d’où on vient sans savoir où on va / À voir l’état de ces rues et leur évolution / On se demande sincèrement à quand l’émeute, la révolution ? ».
Le lien entre Marsatac et la Fonky Family date de ce jour là. Un vendredi soir de février 99 au Cours Julien, l’un des groupes les plus importants du rap français avait décidé de faire confiance à une association naissante et de venir jouer quasi cadeau pour représenter « l’Art de Rue », juste pour faire partie de l’aventure. Depuis les chemins se sont croisés à de multiples reprises et à chaque fois cette sensation qu’il faudrait qu’on se retrouve.
Deux ans de discussions et de palabres ont fini par convaincre tous les membres du groupe d’accepter à nouveau l’invitation de Marsatac. A l’époque la FF avait bien voulu prêter sa notoriété au festival pour le lancer, cette fois-ci, c’est le festival qui remet le pied à l’étrier de la FF.
Plus d’une décennie après la sortie de leur dernier album, « Marginale Musique », et deux ans après leur dernière apparition sur scène pour un concert de soutien à leur camarade Pone, atteint de la maladie de Charcot, la Fonky Family se rassemble à nouveau. Évidemment ça ne pouvait se passer qu’à Marseille et bien entendu ça ne pouvait être qu’à Marsatac.
C’est donc le grand retour de la Fonky Family. Après plus de 10 ans d’absence, le Rat Luciano, Sat l’Artificier, Don Choa, Menzo, Fel et DJ Djel seront tous présents en ce vendredi soir de juin pour un moment aussi mémorable que cette première rencontre saisissante de 1999. « C’est l’effet FF, des gars plus vrais qu’nature / Ce côté pied sur Terre et à la fois immature ».